Quel type de musique joue le luth ?

28 juin 2023 0 Par LaSalleDeMusique
Quel type de musique joue le luth ?

Le luth, cet instrument à cordes pincées aux origines ancestrales, a traversé les siècles et a connu diverses évolutions. Mais quel type de musique est joué sur cet instrument emblématique de la Renaissance et de l’époque baroque ? Dans cet article, nous vous invitons à découvrir les différentes facettes musicales du luth et les styles qu’il a contribué à créer. Nous aborderons également l’histoire de cet instrument, ainsi que les luthistes qui ont marqué leur époque.

Luth Renaissance : un instrument polyphonique

Le luth Renaissance est apparu au XVIe siècle en Italie, avant de conquérir rapidement toute l’Europe. Cet instrument à cordes pincées se caractérise par sa forme en demi-poires et sa caisse de résonance en bois. Doté d’un long manche et d’une table d’harmonie ornée de rosaces, il est muni de plusieurs chœurs de cordes, généralement au nombre de six.

Le répertoire de la musique pour luth à la Renaissance est très riche et varié. Il est composé de pièces instrumentales, de chansons polyphoniques et de danses. Les luthistes jouent souvent des arrangements d’œuvres vocales ou instrumentales écrites pour d’autres instruments, adaptant ainsi le répertoire à leur propre instrument. Parmi les compositeurs les plus célèbres de cette époque, on peut citer John Dowland, un musicien anglais dont les compositions pour luth ont traversé les siècles.

À la Renaissance, le luth est considéré comme l’instrument idéal pour accompagner la voix humaine. De nombreux choeurs intègrent ainsi des luthistes pour soutenir la mélodie des chansons. Le luth est également utilisé en ensemble instrumental, notamment dans les consorts de violes, qui associent plusieurs instruments à cordes de tailles différentes.

Luth baroque : un instrument soliste

Au XVIIe siècle, le luth connaît une évolution majeure avec l’apparition du luth baroque. Cet instrument se distingue de son prédécesseur par l’ajout de cordes supplémentaires, qui portent le nombre total de chœurs à dix ou onze. Le luth baroque possède également une caisse de résonance plus grande et plus profonde, ce qui lui confère une sonorité plus puissante.

Le répertoire du luth baroque est essentiellement constitué de pièces solistes, qui mettent en valeur la virtuosité de l’instrumentiste. Les luthistes de l’époque baroque maîtrisent un large éventail de techniques de jeu, allant des accords arpégés aux mélodies rapides et ornées. Parmi les compositeurs les plus emblématiques de cette période, on peut citer le Français Robert de Visée, qui a composé de nombreuses suites pour luth et théorbe.

Le luth baroque est également utilisé en musique de chambre, notamment dans les sonates en trio et les cantates. Les luthistes jouent souvent le rôle de continuistes, c’est-à-dire qu’ils assurent la partie d’accompagnement harmonique en réalisant des accords à partir d’une basse chiffrée. Cette pratique, très répandue à l’époque baroque, permet de varier les textures sonores et de soutenir les mélodies des autres instruments.

Le théorbe : un luth à la tessiture étendue

Le théorbe est un type de luth apparu à la fin du XVIe siècle en Italie. Cet instrument se caractérise par sa grande taille et son long manche, sur lequel sont fixées des cordes graves supplémentaires. Le théorbe possède une tessiture étendue, ce qui lui permet de jouer des basses profondes et des aigus brillants.

Le répertoire du théorbe est principalement constitué de pièces solistes, qui exploitent la richesse harmonique de l’instrument. Les compositeurs baroques écrivent souvent des suites pour théorbe, qui enchaînent plusieurs danses de caractères variés. Parmi les œuvres les plus célèbres, on peut citer les suites pour théorbe de l’Italien Alessandro Piccinini, qui sont encore fréquemment jouées de nos jours.

Le théorbe est également un instrument d’accompagnement très prisé à l’époque baroque. Il est souvent utilisé dans les opéras et les oratorios pour soutenir la voix des chanteurs. Les luthistes théorbistes jouent également en musique de chambre, en duo avec d’autres instruments à cordes ou à vent. Le timbre chaud et profond du théorbe apporte une dimension supplémentaire à ces formations, enrichissant le tissu sonore de l’ensemble.

Le luth dans la musique classique et contemporaine

Si le luth est indissociable de la musique de la Renaissance et de l’époque baroque, il n’a pas disparu pour autant. Au XVIIIe siècle, l’instrument connaît un certain déclin, face à la montée en puissance de la guitare classique. Cependant, certains compositeurs, tels que Johann Sebastian Bach et Silvius Leopold Weiss, continuent d’écrire des œuvres pour luth.

Le XXe siècle marque le renouveau de l’intérêt pour le luth, grâce à la redécouverte de la musique ancienne et à la création de la Société française de luth. Des luthistes modernes, tels que Julian Bream et Hopkinson Smith, contribuent à populariser l’instrument et à enrichir le répertoire contemporain. De nos jours, le luth est apprécié pour sa sonorité intime et ses possibilités expressives, qui le distinguent des autres instruments à cordes pincées.

En conclusion, le luth est un instrument au riche héritage musical, qui a inspiré de nombreux compositeurs à travers les siècles. Du luth Renaissance au luth baroque, en passant par le théorbe, cet instrument polyvalent a su s’adapter aux différents styles et évolutions de la musique. Aujourd’hui encore, le luth continue de fasciner par son timbre unique et sa capacité à évoquer les sonorités du passé.

Evaluez cet article !